Jan 182018
 

Un groupe de citoyen.nes, membres du mouvement Boycott Désinvestissement et Sanctions (BDS) et du Parti communiste du Canada (PCC), intentent un procès contre la ville de Montréal pour des dommages compensatoires et punitifs subis lors de la campagne électorale fédérale de 2015. Le procès de 5 jours commencera le 22 janvier 2018.

Lors de la campagne électorale fédérale de 2015, le mouvement BDS et le PCC, dûment enregistrés auprès d’Élections Canada (BDS en tant que tiers-parti et le PCC en présentant quatre candidats à Montréal) se sont associés pour se saisir de la campagne électorale de 2015 afin de dénoncer les positions pro-israéliennes de Stephen Harper et du Parti conservateur. Les affiches électorales présentaient fidèlement l’image d’un enfant palestinien assassiné sur une plage de Gaza lors des bombardements de 2014. Elles avaient pour but de sensibiliser les citoyen.nes de Montréal à la cause palestinienne.

Ces affiches, identifiées comme affiches électorales en conformité avec la Loi électorale du Canada, ont pourtant été systématiquement enlevées par la Ville de Montréal, brimant ainsi le droit fondamental à la liberté d’expression des membres de BDS et amenuisant la visibilité des candidat.es du PCC en pleine campagne électorale.

À la suite de plaintes adressées au Directeur général des élections, la Ville de Montréal a reconnu avoir violé la loi.

Aujourd’hui, bien qu’elle reconnaisse les faits, la Ville refuse de reconnaître sa faute dans cette affaire, forçant ainsi la poursuite du procès.

L’audience aura lieu à partir du lundi 22 janvier à 9h au Palais de Justice de Montréal dans la salle 14.06

Oct 092017
 

Déclaration du comité exécutif central du Parti communiste du Canada, 4 octobre 2017

Le Parti communiste du Canada condamne la violence sauvage du gouvernement espagnol de Mariano Rajoy exercée contre la population catalane afin de l’empêcher de voter dans un référendum le 1 er octobre 2017 pour se prononcer sur son avenir en tant que nation.

Selon les autorités catalanes plus de 800 personnes ont été blessées par les forces policières dont près d’une centaine plus gravement.

Continue reading »

Août 122017
 

Déclaration commune du Parti communiste du Canada et de la Ligue de la jeunesse communiste à l’occasion de la Fierté 2017*

Cette année, la Fierté est célébrée dans un contexte bien différent que celui des éditions précédentes. Dans la foulée de l’élection de Donald Trump, les fascistes et autres réactionnaires s’empressent de déverser leur haine. Sortis de leur trou, ils appellent à l’homophobie, la transphobie ainsi que l’islamophobie, le racisme, la misogynie et le sexisme. Toute cette agitation vise à compromettre et à miner les droits durement gagnés par les opprimé.e.s, notamment ceux de la communauté LGBTQ2SIA.

Continue reading »

Août 022017
 

Le Parti communiste du Canada condamne la dernière et flagrante violation de la souveraineté nationale du Venezuela par la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

Outrepassant de loin les limites de la diplomatie, la ministre Freeland s’est attaquée au scrutin du 30 juillet visant à élire une assemblée constituante qui aura le pouvoir de résoudre la crise politique au Venezuela. La prétention du gouvernement libéral à l’effet que l’élection était « en contravention de la Constitution du Venezuela » et, de ce fait, illégitime, est un mensonge. Les articles 347 et 348 de la Constitution bolivarienne donne le droit au président de mettre en place une Assemblée constituante nationale.

Ces déclarations constituent une ingérence flagrante dans les affaires intérieures du Venezuela, et soutiennent ouvertement les efforts des États-Unis pour préparer une intervention extérieure contre le gouvernement élu du pays.

Continue reading »

Mar 062017
 

Le Parti communiste du Canada condamne la montée des actions dirigées par les groupes racistes et néofascistes à travers le pays, telles que les rassemblements anti-musulmans du 4 mars, organisés par la Coalition canadienne des citoyens inquiets (Canadian Coalition of Concerned Citizens – CCCC) dans plus de 60 villes canadiennes. Alors que ce groupe se dit en faveur de la justice, en réalité, il joue sur la peur des travailleurs et des travailleuses qui font face aux impacts de la crise économique capitaliste, au chômage, à l’austérité et aux coupures dans les services sociaux, afin de promouvoir leur véritable agenda suprématiste blanc.

Continue reading »